Mes 15 pires dates ever

Après avoir décrété que février était le mois de l’amour, je me suis dit qu’on pouvait aussi rire de l’amour en vous énumérant les 15 pires dates de toute ma vie entière jusqu’à maintenant. Par pire, je veux évidemment dire les plus awkward voire les plus WTF parce que bon, le but est de rigoler! Oui, c’est dur d’être une fille célibataire en 2017… Mais c’est une toute autre histoire dont je parlerai à un autre moment si j’arrive à m’en souvenir, un peu comme quand je galérais en 2016 mais en mieux, parce que les choses ont changé depuis, le cycle de la vie toussa.
Mes 15 pires dates ever
 Enfin bref, vous l’aurez compris, j’ai eu au moins 15 dates dans ma vie, certains juste un soir, d’autres qui ont duré quelques mois. Dans tous les cas, certains cachent bien leur jeu, je vous laisse découvrir..

1/Celui qui était en couple depuis huit ans et qui s’était arrangé avec sa copine pour voir d’autres personnes.
« Heu oui mais moi je suis pas d’accord que t’aies une copine! »

2/Celui qui était légèrement SM et qui prévenait tout de suite.
Ça surprend, mais pas autant que celui qui ne prévenait pas…

3/Celui qui était déjà in love après 2 jours.

4/Celui qui pensait que son date, c’était la fille à côté.
Pour mettre une bonne ambi dès le début.

5/Celui qui a réalisé après deux mois qu’il ne voulait pas être en couple.

6/Celui qui voulait qu’on aille chez lui le 1er soir. Enfin, chez ses parents.

7/Celui qui m’envoya des photos de son mini-lui alors qu’on ne s’était jamais rencontré.

8/Celui qui partit aux USA.
En général, ça tombe sur LE mec bien.

9/Celui qui tenait six minutes et qui trouvait ça normal.

10/Celui qui était encore amoureux de son ex. 

11/Celui qui est parti direc’ après le boum chica wawa.

12/Celui qui faisait tout le temps la fête. Mais pas avec moi.

13/Celui qui ne donnait pas. Jamais.
U know what i mean?

14/Celui qui restait chez moi pendant quand j’étais au boulot. Sans me demander mon avis.
Comme un homme au foyer mais sans les gosses.

15/Celui qui ne comprit pas quand je tentai le coup du « je dois rentrer, ma grand-mère a un eu accident de pole dance » ou « mon chat vient d’appeler, y a le feu chez moi ».

Une pensée pour tous ces hommes que je n’ai pas compris ou inversément. J’espère que vous aurez apprécié de lire cette liste autant que je n’ai eu de plaisir à me remémorer tous ces souvenirs exquis et malgré tout, impérissable. Je suis sûre de ne pas être la seule à être tombée sur des specimens étranges au moins 15 fois dans la vie!

Et vous, quels sont vos pires dates rencontrés à ce jour? 

Love, Jess

Sur le même thème:

La saint valentin, on en parle?

Saint valentin

Vous et moi, on peut dire qu’on se connait maintenant, vous savez mon amour des fêtes en tout genre, particulièrement celles où on se gave de bonbecs, de chocolats et autres gourmandises ! La saint valentin ne déroge pas donc pas à la règle puisque, amoureux ou pas, je ne rate pas une occasion de gâter ceux qui m’entourent et de me faire plaisir par la même occasion. Mais cette année, je sais pas, je sens moins le love que d’habitude. Vous allez me dire, en même temps t’es célibataire ma grande, c’est normal que tu sentes pas le bazar. Mais les autres alors? C’est quoi leur excuse? Ces derniers temps, j’ai l’impression d’être entourée de gens qui n’aiment pas l’amour ou qui ont oublié ce que c’était.

Pourtant il existe plein de sortes d’amours différents, pourquoi toujours tout prendre au pied de la lettre? Pourquoi laisser la saint-valentin aux amoureux, hein? C’est la fête de l’amour quoi! Ne le gardez pas juste pour vous comme des égoïstes, partagez-le !

Plus vous en donnez, plus vous en recevez alors pourquoi se priver de répandre l’amouuuuur?

Certes, cette fête, comme toutes les autres, ramène du profit aux commerçants, mais si on pense comme ça alors arrêtons d’offrir des cadeaux à Noël et plus de cadeaux de Saint-Nicolas après 12 ans. J’ACCUSE !

On ne demande pas beaucoup nous : on s’en fout des cadeaux hors de prix, on s’en fout de manger dans un resto bondé où on serait assis à dix centimètres d’un autre couple dégoulinant d’amour parce que le romantisme ça pue chez les autresOn veut juste passer une soirée un peu spéciale de temps en temps, une soirée à deux où on se ferait plaisir : on se ferait livrer un bon repas et le temps s’arrêterait. S’il y a bien un jour où on a pas envie de se taper la vaisselle et de manger des chicons, c’est celui-là. Oh et puis on veut bien un cadeau quand même!

Parce qu’à la saint valentin, il y a deux types de mecs: ceux qui vous disent que « non mais la saint valentin, c’est une fête commerciale, t’as pas besoin d’attendre un jour spécial pour prouver à l’autre que tu l’aimes » : en général, ce sont les mêmes qui oublient votre anniversaire et vous offrent des cadeaux de noel de merde et puis il y a ceux qui s’en foutent un peu mais qui savent que ça vous ferait plaisir et qui vous ramènent un plateau de sushis en prétextant un hasard si ça tombe ce jour-là ou un bouquet de fleurs parce qu’elles lui ont fait pensé à vous.

Donc, si on suit la logique masculine la plus répandue sur terre, on devrait recevoir plus de petites attentions et de démonstrations amoureuses qu’une fois par an ? Moi je vote pour.

ENFIN bref, parenthèse de future crazy cat lady fermée. Je disais donc que la saint-valentin n’était pas réservée aux amoureux et que vous pourriez par exemple apporter des bonbons à vos collègues demain ou dire à votre famille ou à vos amis que vous pensez à eux et que vous êtes heureux de les avoir dans votre vie…

Et pour les single ladies et toutes les filles qui n’aiment pas la saint Valentin -ce que je ne comprend pas mais respecte quand même- rien de tel qu’une soirée entre pinesco où on se materait un film de Nicholas Sparks qui fait bien chialer avec une bonne bouteille de rouge, une giga pizza et plein de bonbons!

Love, Jess

Sur le même thème:

Ces filles qui nous énervent

Ces filles qui nous énervent

On a beau être des meufs cools, il nous arrive de temps à autre d’être confrontées à des injustices de la nature aka des clônes de Gigi Hadid qui arrivent à retenir plus de 2 blagues – un défi pour le commun des mortels ou juste pour moi? – et de ressentir une pointe de jalousie. Oui je sais, c’est mauvais pour le karma mais j’ai dressé la liste de ces filles qui nous énervent. Vous vous retrouverez probablement dans l’une des catégories, le principal, c’est d’assumer :

1/Celle qui n’a jamais faim ou qui « oublie » de manger
Alors que vous prenez deux gouters.

2/Celle qui prend juste une salade alors que vous avez commandé le burger XXL avec frites
Non peut-être!

3/Celle qui commande le burger XXL alors que vous prenez la salade
Oui, vous êtes pleine de contradictions.

4/Celle qui vous dit qu’il n’y a pas de dress code mais qui arrive top biche à la soirée

5/Celle qui est toujours top biche

6/ Celle qui parle à votre mec un peu trop près/trop longtemps/trop sur ses genoux
C’est pas qu’on est jalouse mais bon…

7/Celle qui ne vous aime pas, sans raison
Ou peut-être est-ce parce qu’elle prend mal les critiques vestimentaires…

8/Celle qui est trop sympa sans raison
Comment ça, on est méfiante?

9/Celle qui n’aime pas le chocolat
Je veux dire… quel est son secret?

10/Celle qui ne boit que du champagne
#pouledeluxe

11/Celle qui arrive à faire régime

12/Celle qui n’a pas besoin de faire régime

13/Celle qui ne se maquille pas
Et qui n’en a pas besoin!

14/Celle qui sent bon toute la journée
Alors que votre parfum part après deux minutes.

15/Celle qui répond « quoi, ce vieux truc? » quand vous lui demandez d’où viennent ses vêtements
Alors que vous êtes persuadée que son pull en mohair vient de la nouvelle collec’

16/Celle qui a une voix de crécelle
Et qui parle tout le temps…

Vous avez reconnu votre voisine/soeur/mère/collègue préférée parmi les catégories ci-dessus? Et vous, vous êtes laquelle?

Love, Jess

Sur le même thème:

Prendre du temps pour soi

prendre du temps pour soi
Il arrive un moment dans la vie – à vrai dire, plusieurs moments – où tout va trop vite : au boulot, avec les amis, partout. On se tape des embouts H24, on fait trop d’heures supp’, on essaye d’avoir une vie sociale mais quand vient le weekend, on a qu’une envie, c’est de comater dans le canap’ pendant 48h. Peu à peu, on perd de notre étincelle, on ne prend plus soin de soi, on s’oublie. Tout ce stress puise dans nos réserves, résultat on tombe malade ou bien on est tout le temps fatiguée. On laisse la situation se détériorer jusqu’au point de non-retour. Le mien était d’avoir des nausées et de vomir de la bile. #glamour

 « Dans la vie, il faut travailler dur »

Donc j’ai calmé le jeu. Fini les nuits de 6 heures. Fini le sport tous les jours. Fini les cours d’anglais 2 fois par semaine. Fini les journées de boulot sans pause et les nuits à travailler sur le blog. Il fallait choisir. Alors j’ai arrêté le sport pendant un moment, les cours d’anglais et j’ai un peu délaissé le blog. Et ça me rend triste parce que j’ai besoin de m’exprimer, de dire que j’en ai marre, que je suis excitée, que je suis fatiguée, que c’est l’hiver, qu’il ne fait pas si froid, que j’ai hâte d’être le weekend mais que j’aime aussi quand vient la semaine parce que je verrai mes collègues.

 « Je me reposerai quand je serai mort »

Nombre d’entre nous se disent qu’ils se reposeront après, mais voilà, il n’y a pas d’après : c’est maintenant qu’il faut ralentir et prendre du temps pour soi, pour se retrouver. Pour moi, profiter de la vie, ce n’est plus me lever à 17h ou zoner dans mon lit pendant 3 saisons de Dexter. Evidemment que c’est cool de vraiment RIEN foutre de temps en temps, mais dans 10-20-30 ans, je ne me souviendrai plus de ces moments où j’ai tellement glandé que la journée est passé sans que je m’en rende compte. Donc je prends du temps pour moi, pour vivre slow.

« Cool, Raoul »

Quand je dis « prendre du temps », je veux dire qu’il faut le trouver, parce que oui, on a un rythme de fou, sinon on aurait pas besoin de se reposer. Mais quand on frôle l’implosion, c’est qu’il est clairement temps de trouver du temps quelque part, sinon on continue le cercle vicieux du stress. C’est pourquoi chaque minute compte : un audio-book qu’on écoute sur le trajet du boulot, un massage pendant que chéri est au sport, un soir off rien que pour soi, une fois par semaine, se négocie facilement, il suffit de demander. Et surtout, surtout, ne pas culpabiliser d’être à bout et de vouloir recharger les batteries parce qu’alors on pourra de nouveau tout donner à son entourage, c’est comme ça que ça fonctionne.

Love, Jess

Sur le même thème:

MES OBJECTIFS 2016 : SO WHAT ?!

Previously, sur La babelutte, j’expliquais à qui voulait l’entendre comment atteindre ses objectifs en les divisant en plus petits goals mais aussi quels étaient les miens blablabla.

objectifs 2016

J’ai longtemps hésité à écrire cet article. J’étais gênée de ne pas avoir accompli TOUT ce qu’il y a avait sur ma liste d’objectifs que j’ai posté en début d’année. Je sais que vous ne vous en souvenez probablement pas mais j’avais choisi des challenges que je jugeais à l’époque faciles d’exécution. C’était sans compter sur la vie et les gens. Et mes changements d’humeur.

Si j’écris sur ce blog et que j’y partage mes ambitions, c’est parce que les raconter m’aide à y voir plus clair dans la vie, un peu comme une to-do liste virtuelle et puis ça me booste d’avoir des témoins de leur évolution. Le problème, c’est que j’ai trop souvent tendance à me mettre la pression pour rien comme si j’avais des comptes à vous rendre alors que je sais pertinemment que vous ne m’en tiendriez pas rigueur si je n’arrivais pas au bout de mes projets. #coeuraveclesmains

Toujours est-il que ça me motive de savoir que vous me suivez et que je peux aider certaines personnes à se bouger aussi. Et bien que je sois pour l’adage « Pour vivre heureux, vivons cachés », je pense qu’il est parfois bon d’exposer ses désirs et envies, d’en parler autour de soi, de partager ses rêves quoi! Pas obligé d’avoir un blog et de vous la raconter pour vouloir obtenir un point de vue extérieur mais bon, on a jamais trop de recul par rapport à une situation et j’aime connaître votre avis sur le blog ou IRL.

Bref, je digresse. On dirait que j’ai pas envie de lâcher cet article mais je vais aller straight to the point et récapituler mes objectifs 2016. Quand j’y pense, j’avais été assez cool concernant l’année à venir, ce qui est assez étonnant quand on me connait car j’ai une fâcheuse tendance à être assez dure avec moi-même. Pourquoi? Ich weiss es nicht!

Je disais donc que j’avais choisi 5 objectifs easy peasy lemon squeezy :

1/ Passer le permis
2/ Découvrir le mooonde
3/ Faire du sport
4/ Avoir plus confiance en moi
5/ Mettre de côté

Jusque là, rien de compliqué. Sauf qu’une année contient 52 semaines, jusque là je ne vous apprend rien, mais pourtant passe tellement vite. Certes, certains projets comme économiser sont passifs et prennent du temps alors que d’autres comme apprendre à conduire ou aller à la salle de sport se pratiquent régulièrement et donnent des résultats plus ou moins plus rapide, à condition de s’y mettre à fond, évidemment!

SO WHAT ?!

1/ Passer le permis
Vu que mon permis provisoire 18 mois s’est périmé l’année passée, j’ai du passer à celui en filière libre (avec guide). « Cool, ça me laisse plus de temps pour m’entraîner! » C’était sans compter sur ma mère. Sachant qu’elle est la seule personne que je connaisse qui ait une voiture ET le permis depuis au moins huit ans ET que bon, c’est ma mère, elle est génétiquement prédisposée à m’aider. PLOT TWIST : cette dernière a peur en voiture. Ou en tout cas, quand JE conduis. Rien de tel pour enrichir une relation mère/fille qu’un petit tour en voiture avec elle qui attrape le frein à main comme si elle venait de trouver un Chanel à -80%. Des heures de rigolade en perspective!

Donc je ne l’ai pas mis derrière moi et je vais sans doute gaspiller mes petites économies à me payer des heures d’auto-école afin de le passer en 2017.

2/ Découvrir le monde
Cette année, j’ai eu l’occasion d’aller à Copenhague et Milan pour la première fois. Oui je sais, on est loin des Staytes mais je prévois de faire un gros voyage durant le premier semestre 2017, je vous en dirai plus au moment venu! Surpriiize

3/ Faire du sport
J’ai commencé le sport de façon assidue cet été avec le TBC avant de me réinscrire à la salle de sport, à raison de 5-6 fois/semaine. Si vous cherchez une salle, je vais chez Jim’s Fitness. La grosse différence avec Basic, c’est qu’ils ont un coin crossfit où vous pouvez utiliser des kettlebells, des bandes etc. Bon, à l’heure où j’écris cet article, je fais une pause parce que je n’arrivais pas à gérer mon alimentation en dehors des séances. Je me lâchais sur la bouffe avec comme excuse la salle et là j’essaye de rééquilibrer tout ça avant de m’y remettre à fond mais je continue à faire des abdos et de la corde à sauter chez moi.

4/Avoir plus confiance en moi
A ce niveau, c’est un peu plus complexe. Je pense que la confiance en soi se construit à travers diverses expériences telles que des voyages, des rencontres, des épreuves qui nous poussent à nous dépasser et nous en apprend plus sur nous-même… Je ne sais pas si c’est la sagesse qui vient ou encore les affirmations que je fais tous les matins mais je commence à apprivoiser mon image et à me sentir mieux dans ma peau. C’est un long processus mais je suis convaincue que je suis sur la bonne voie et je compte bien tout vous expliquer comment j’y arrive assez vite.

5/Mettre de côté
C’est l’objectif que j’ai le mieux réussi! Sans pour autant faire popper le champagne tous les vendredi, j’ai mis assez d’argent de côté cette année pour réaliser mes rêêêêêves. D’ailleurs, j’ai plein de trucs et astuces que je vous donnerai sur le blog. YAY! L’année 2017 promet d’être pleine de surprises. C’est aussi pour ça que je n’ai pas fait de voyage de foufou : mettre de côté pour mieux dépenser!

J’ai vraiment hâte de démarrer cette nouvelle année avec vous et de voir les surprises que 2017 nous réserve!
N’oubliez pas que nous sommes seul maitre de notre destin et des choses qui nous arrivent et notre façon de les gérer détermine notre futur et la personne que nous sommes.

Et vous, quels sont vos objectifs pour 2016??

Love, Jess

Sur le même thème:

10 DIY de Noël last minute pour filles toujours à la bourre

Ça y est, je suis lancée là, j’enchaîne les playlists de Noël sur Deezer en chantant à tue-tête. Dans ma tête. Par respect pour mes voisins et moi-même. Et pendant que vous tentez un cadeau DIY de la muerte pour chérichou ou décorez fièrement votre sapin alors qu’on est déjà le 22 décembre, vous frissonez de joie en repensant au repas que vous organisez samedi.

Petit rappel pour celles qui auraient oublié : samedi, c’est le 24!

Petite pause théatrâle afin d’installer un climat de tension dans le post.

Depuis que vous avez emménagé dans votre nouvel appart’, vous n’avez de cesse de vanter sa grandeur et son gigantesque salon devant vos soeurs qui doivent partager le leur avec un mari et des enfants. Le bad. Cette année, c’est donc votre tour d’inviter toute la clique et de mettre les petits plats dans les grands. Maligne comme vous êtes, vous évitez la prise de tête et prévoyez une raclette/fondue/Pizza Hut/…

Le problème, c’est qu’après avoir hésité trop longtemps entre un pack Lush ou une carte cadeau pour votre nièce, vous êtes à la bourre et vous avez oublié de préparer une belle table pour vos invités. Là vous pouvez vraiment paniquer! #jedéconnejailasolution

Pour toutes les filles de la terre qui pensent toujours à tout sauf au plus important, voici des idées DIY de derrière la casquette pour donner un air de fête vite fait bien fait:

Pliage de serviette sapin pour noel
Branch out from conventional tablescapes by using an extra-long tree limb as a platform for displaying ornaments. Simply knot lengths of twine around the branch and hang it from a row of five or six ceiling hooks. (Silver and green ornaments, from $23.75 for 12; codyfosterandco.com for stores. Cultural Intrigue ornament in bronze, from $4; lunabazaar.com. Chairs, $275 each; conranusa.com. Martha Stewart collection glasses, $36 for four; macys.com)

Candle Wicks and Cinnamon Sticks | Click for 25 DIY White Christmas Decorations Ideas | White Christmas Decorating Ideas for the Home
Christmas Table Placecards: Each one is decorated with Rosemary (could also use a pine sprig accent):
Personalized brown paper tablecloth with candles & greenery.:
Add a little extra holiday touch to your next Christmas dinner party with this DIY cranberry wreath place card.:
wood slice themed table with greenery
rustic Christmas table decoration ideas place card holders pinecones:
In just five minutes, you can create these stunning luminaries using jars (Mason jars are our pick, but pickle jars work just as well), cranberries, cedar clippings or something green, and floating candles. See more at Today's Creative Life.
Would be a cute idea for a coffee table decoration, or a holiday perhaps. | For more DIY paper craft ideas, visit our Pinterest Board: https://www.pinterest.com/makerskit/papercraft-diy-ideas/:

Source des photos: Pinterest

Non mais je vous comprend, vous aviez autre chose en tête : lister le top 5 des cadeaux que vous aimeriez recevoir, penser à quoi faire de ceux que vous n’aimerez pas… Vous vous êtes même demandé si vous ne vous offririez pas un cadeau perso, juste pour être sûre d’en aimer au moins un! Spoiler: je l’ai fait!

Joyeux Noël mes petits chats!

Love, Jess

Sur le même thème:

50 idées de cadeaux pour elle et lui

J’ai attendu ce moment toute l’année : LA wishlist de Noël ! Non seulement parce que bon, c’est Noël -et vous savez combien j’aime cette fête- mais surtout parce que je voulais faire une bonne grosse wishlist full love pour l’occasion et ça me démangeait la souris. C’est donc avec plaisir que j’ai cherché pour vous 50 idées de cadeaux pour elle et lui. Autant c’est facile de trouver des cadeaux pour les pinesco, autant c’est galère d’offrir un truc qui plaira à chéri, au bro’ ou au padre…

Alors évidemment, j’ai l’idée en tête depuis 1000 ans mais il fallait que je m’y mette last minute pour vous concocter ça, pour changer! Faudrait que je relise un peu mes astuces pour arrêter de procrastiner… Toujours est-il que je suis super contente de vous présenter mes 50 idées de cadeaux pour elle et lui à offrir ou à mettre sur sa liste au Père Noël si on a un peu de mal pour la remplir. Perso, j’y arrivais super bien avant mais depuis que j’ai commencé à bosser, je bloque, vu que quand je veux un truc, soit je l’achète soit je me résonne que c’est la déconnade.

Pour Elle:

50 idées de cadeaux pour elle et lui
Sac à dos à paillettes
Boucles d’oreilles coeur
Coussin chauffant en forme de s’mores
Bougie senteur Red Velvet
Sac donut
Améthyste décorative
Vernis autocollant
T-shirt idk,google it
Cahier Saturne
Bougie Voluspa Prosecco rosé
Collier bateau
B.o. studs rose
Réveil/théière
Shampoo Surf Bumble&Bumble
Mini box beauté Body Shop
Agenda Hema
Marshmallows Baru
Casque oreilles de chat
Cover pour selfies Lumee
Badges à repasser H&M
Pixapet
Cookies & Crème pour les mains
Mug à personnaliser
The little book of feminism

Pour Lui:

pour-lui

Casque JVC
Projecteur
Couteau suisse
Montre Daniel Wellington
Sweat Rad
Portefeuille Diesel
Noeud pap’
Bonnet carhartt
Ceinture réversible Nike
Bongo Aventure
Preacher tome 5
Calendrier Star Wars
Whisky Glenmorangie
Livre The Rap Year
Dior Sauvage
Drone
Vans
Solaires Vans
Verres
Jeu PS4 Witcher
Tshirt « Look but don’t touch »
Chaussettes Ninja
Boutons de manchette flocons
Kit pour barbe
Backpack Hershel

Love, Jess

Sur le même thème:

25 choses que j’aime faire à Noël

Aujourd’hui c’est le 1er décembre!!! On va ENFIN pouvoir se mettre dans l’ambiance de Noël sans passer pour un pyscho. Vous l’aviez senti venir après la liste des 13 choses à faire en automne, pas vrai?! Bon le problème, c’est que l’hiver ne s’arrête pas au mois de décembre mais c’est pas grave car c’est plus fort que moi, quand j’entends hiver, je pense Noël et c’est tout. Hiver. Noël. Hiver. Noël. J’adore cette période et pas seulement pour les cadeaux. Juré! Je ne peux pas m’en empêcher, cette fête me met dans un état euphorique. D’ailleurs, j’ai l’impression de m’impatienter un peu plus tôt chaque année, sans doute à cause des magasins qui mettront bientôt les décorations de fêtes en août. Rêve ultiiiiime. Cela dit, je pense que je ne suis pas la seule amatrice de cette fête magique et je partage aujourd’hui avec joie et amour ma liste des 25 choses que j’aime faire à Noël.

activites-de-noel

1/Regarder des films de Noël
On fait péter le chocolat chaud devant Love Actually, Miracle sur la 34ème rue, Elf, Bridget Jones, The Holiday, Home Alone et tous les autres films où on en parle au moins 2 secondes. Classique.

2/Choisir un cadeau pour tout le monde
Aka ma partie préférée parce que je prépare une liste mentale de cadeaux avec touuuutes les infos que j’aurai récoltées sur la personne à qui je l’offre et j’aime tellement me triturer la tête pour faire plaisir et trouver LE cadeau que l’autre va trop aimer #tropdelove

3/Décorer le sapin
En écoutant des chansons de Noël of course et en buvant du vin chaud, burp

4/En mangeant les chocolats de Saint Nicolas
Ceux qu’on a racheté hein, on a déjà fini les autres depuis 1 million d’années!

5/Faire une dégustation de bûches 
Avant le 24 évidemment, pour être sure de choisir la bonne.
Cela demande des compétences gustatives hors du commun!

6/Visiter le marché de Noël d’une autre ville
On connait déjà celui du centre par coeur alors pourquoi ne pas tester celui de Bruges, d’Anvers ou de Cologne?

7/Aller chez Ikea
Y a pas plus christmas spirit !

8/Marcher dans la neige
Avec des bottes de préférence #jepassemavieenbaskets
Sinon la regarder par la fenêtre, c’est bien aussi!

9/Créer une nouvelle tradition
Chaque année, j’aime en créer une nouvelle.
En 2016, je relance la numéro 10.

10/Envoyer des cartes de voeux
Des vraies, à l’ancienne, parce que ça fait plaisir de l’écrire ET de la recevoir, un peu comme un mini cadeau avant l’heure.

11/Faire son propre vin chaud 
Ou glühwein, pour les intimes. Sinon, la version pour les paresseux: en acheter et rajouter des oranges et de la canelle. Après 3, on n’y verra que du feu!

12/Porter un pull de noel
Si y a bien une occasion pour en porter un…

13/Préparer une playlist
Encore mieux, créer une playliste collaborative familiale ou au boulot, comme ça tout le monde ajoute sa chanson préférée.
Bonus: vous découvrirez de nouvelles pépites bien kitsch.

14/L’écouter toute la journée
En se levant, en allant au boulot, au boulot, en rentrant du boulot. #AllIwantforchristmas

15/Se faire traiter de dingue parce qu’on est le 23 septembre
Je vous ai dit que j’aimais Noël?

16/Manger un trop bon repas avec les gens qu’on aime
Pas vraiment besoin d’être à Noël pour ça mais c’est l’occasion de faire plusieurs festins sur la même semaine sans trop culpabiliser.

17/Déballer les cadeaux
Les siens, ceux des autres, peu importe…
On y va d’abord doucement pour finir par tout arracher comme un gremlins qui aurait mangé un donut au bacon après minuit.

18/Aller dormir ballonnée et un peu pompète
C’est pas Noël si on a pas mal au ventre avant le dessert.

19/Manger un brunch le 25
Enfin, les restes du 24 avec du cougnou.
« Oh, il reste de la bûche? »

20/Acheter sa tenue pour le réveillon
Pas de temps à perdre après Noël!
A peine notre micro-diet de 3 heures terminée, il est déjà temps de penser au Nouvel an.
Vite, un petit tour sur Asos pour trouver la tenue qu’on espère que personne d’autre n’aura.

21/Etre prête 5 jours avant 
Parce qu’en fait, on avait déjà un panier rempli à ras bord. Enfin, on se comprend!

22/Fêter le nouvel an
« Ce qui se passe le 31 ne se raconte pas le lendemain! »

23/ Aller dormir ballonnée et très pompète #2
Comme à Noël mais sans la famille #woupwoup

24/Se réveiller avec la pire gueule de bois
Et commander une pizza pour se remettre! Résolu-quoi?

25/ Attendre les soldes
Parce qu’entre le Black Friday et les soldes, on a eu le 13ème mois!!!!

Vous l’aurez compris, le mois de décembre, je parlerai de tout mais surtout de Noël!
Rendez-vous la semaine prochaine pour ma GIGA wishlist de la muerte <3

Love, Jess

Sur le même thème:

La zone de confort : qu’est-ce que c’est et comment en sortir?

Vous êtes-vous déjà dit que vous n’étiez pas capable d’avoir ce que vous vouliez ? Avez-vous déjà pensé que vous visiez trop haut ? A votre avis, pourquoi pensez-vous cela ? Cette petite voix qui vous empêche d’y croire, c’est vous-même. Enfin c’est plutôt votre subconscient qui parle. Et s’il vous dit ça, c’est parce qu’il a trop les boules de ce qui pourrait se passer si vous trouviez comment sortir de votre zone de confort.

zone de confort
Mais n’allons pas trop vite en besogne car avant d’en sortir, il faudrait savoir où elle se trouve, cette zone de confort. Bah ouais, étant donné que nous sommes tous différents, nos zones de confort varient fortement selon notre vécu. Une personne qui a fait le tour du globe appréhendera le monde différemment que celle qui n’a jamais quitté la Belgique. Et même si nous expérimentons la vie à des vitesses différentes, sortir de sa zone de confort est dur pour tout le monde et nécessite de prendre des risques.

La zone de confort, c’est quoi ?

C’est cette routine familière qui nous rassure et qui s’est installée au fil des années mais dont il est difficile de sortir parce qu’on ne sait pas ce qu’il y a de l’autre côté. Elle se situe entre le boulot qu’on a depuis 6 ans mais qui ne nous épanouit plus et le même plat qu’on commande à chaque fois qu’on va au resto.

Du coup, à chaque fois qu’on fait un pas en dehors de cette zone, comme par exemple en allant parler à un inconnu ou en se rendant à un entretien d’embauche, on stresse comme des dingues en se trouvant plein d’excuses pour ne plus le faire. On se dit que de toute façon, on n’en avait pas vraiment envie de ce nouvel appart et qu’on se sentirait seul si on quittait la colloc’.

Certes, il est plus facile de se plaindre en restant coincé dans une situation qui ne nous convient pas mais au bout du compte, le besoin de renouveau surpassera la peur de l’inconnu. Car pour évoluer dans la vie, nous devons opérer des changements sinon nous stagnons. Alors oui, c’est dur de changer d’études/d’appart/de job/de mec mais n’oubliez pas que le but est toujours de trouver mieux. Comme au monopoly.

Comment savoir si vous êtes dans la zone de confort ?

Si vous vous posez la question, il y a de fortes chances pour que la réponse soit oui.

Voici un petit exercice : Prenez un moment pour faire le point sur votre vie.
Etes-vous satisfait(e) de la vie que vous menez ? Où vous voyez-vous dans cinq ans ? Toujours au même point ou aimeriez-vous avoir plus, vivre dans un autre pays ou dans un appartement plus grand ?

Si vous n’arrivez pas à visualiser, n’hésitez pas à créer un vision board, j’explique comment faire ici.

Demandez-vous maintenant ce que vous êtes prêt à faire pour vous rapprocher de la vie de vos rêves. Napoleon Hill a dit : « A goal is a dream with a deadline ». Personne n’a connu de succès en une nuit, il faut y aller étapes par étapes, c’est pourquoi il est toujours utile de fragmenter son but en petits objectifs.

Et puis c’est normal de douter de ses choix mais cela ne doit jamais vous empêcher d’en faire. Louise Hay le répète assez souvent dans Transformez votre vie, tout changement peut entraîner une forte résistance de la part de notre pensée. Si vous êtes une anxieuse comme moi, vous dormez sans doute très mal avant un voyage en solo/ entretien d’embauche ou toute autre épreuve supposée changer votre vie ou alors vous annulerez carrément ou trouverez une excuse pour ne pas y aller par peur des conséquences que cela aura sur votre vie. C’est normal, c’est la résistance au changement. On se sabote afin de rester dans ce qu’on connaît, notre zone de confort.

sortir-zone-confort

Comment en sortir ?

A force de faire un pas en avant vers l’inconnu, vous agrandissez votre zone de confort. Mais pour savoir comment en sortir, il faut affronter les obstacles qui se dressent entre votre rêve et vous. Devinez de qui on parle.

1/Soyez moins dur(e) avec vous-même.
Dites-vous une chose, c’est que vous ne regrettez jamais d’avoir voulu aller plus loin dans la vie. Arrêtez de chercher la perfection à travers une carrière qui ne vous plait pas ou un mode de vie rempli de contraintes et laissez-vous vivre. Le jour où vous arrêterez de penser avec votre tête et de vous mettre une pression imaginaire sera le jour où vous pourrez voir clair dans vos projets et vous mettre à les réaliser.

2/N’attendez pas le bon moment 
On a tendance remettre le bonheur à plus tard, à se dire qu’avant de passer à l’action, il nous faut plus d’argent, de soutien, de confiance en soi ou moins de kilos, de responsabilités,… C’est un mythe, le bon moment n’existe pas. C’est à vous de créer VOTRE moment. Vous êtes acteur de votre vie, vous n’êtes pas né pour regarder les autres avancer.

3/N’ayez pas peur de l’échec  
Dans une société où il faut toujours être le meilleur, le plus gros obstacle que l’on peut rencontrer, c’est la peur d’échouer. Celle-ci est tout à fait légitime -et je sais de quoi je parle- mais à force de ne pas vouloir rater, ben on n’ose rien faire, on ne commence rien sans avoir la garantie qu’on en est capable et on se met à fuir l’inconnu.

4/Soyez différent(e)
Arrêtez de vouloir rentrer dans un moule. La vie parfaite n’existe pas. Vous n’êtes pas obligée d’avoir le pack maison/labrador pour être heureux. Le bonheur ne se définit pas par ce que l’on possède. Il y a des chances que ça vienne avec le temps mais si c’est pas votre truc d’avoir une carrière, des enfants et une maison, concentrez-vous sur autre chose. On a tous un chemin de vie différent.

5/Prenez le contrôle
Il n’y a que vous qui décidiez des événements de votre vie, ne laissez ce rôle à personne d’autre. En voulant trop faire plaisir à tout le monde tout le temps, on finit par en vouloir à ceux qui nous entourent et on se frustre à la moindre occasion, ce qui n’est bénéfique à personne. A force de vous affirmer de cette façon, vous aurez plus confiance en votre jugement.

Une fois que vous aurez intégré et appliqué ces vérités dans votre quotidien, vous réaliserez que les obstacles effrayants sont devenus des souvenirs victorieux. Non seulement vous aurez gagné en épanouissement mais vous aurez également  acquis plus de confiance en vous car vous saurez enfin de quoi vous êtes capable. C’est en repoussant vos limites que vous réaliserez que vous êtes bien plus culottée, courageuse et déterminée que vous ne l’imaginiez.

Comment faire au quotidien : 10 exercices à tester

Le mot d’ordre pour sortir de sa zone de confort est que ce soit nouveau. Vous seul(e) pouvez juger des étapes à franchir pour sortir de votre zone de confort mais vous connaissez mon amour des listes feel good alors je vous ai compilé 10 exercices à tester pour sortir de sa zone de confort.

1/Ecoutez une playlist aléatoire sur Deezer ou Spotify
Laissez-vous guider par les choix de quelqu’un d’autre

2/Faites vos courses dans un autre supermarché
Vous seriez surpris(e) de tous les produits que vous ne connaissez pas

3/Essayez un nouveau trajet pour aller au boulot
Faites du covoiturage ou prenez le train, c’est très relaxant de lâcher prise.

3/Regardez les gens dans les yeux
Okay, ça rend mal à l’aise au début mais vous soutiendrez vite le regard des autres.

4/Apprenez une nouvelle langue
Elargissez vos horizons, l’espagnol et l’italien sont deux langues faciles à apprendre.

5/Portez un vêtement différent de votre style habituel ou mettez une jupe
Seulement si vous êtes une femme, inutile de se brusquer. Pour ma part, je porte une robe/jupe au moins 1x/semaine depuis quelque mois.

6/Inscrivez-vous dans un club (de sport, de théâtre, de cinéma,…)
Vous rencontrerez de nouvelles personnes et vous aurez un sujet de conversation supplémentaire.

7/Mangez seul(e) au restaurant
Celui-là, il n’est pas facile, je le reconnais. Affronter le regard des autres quand on est seul n’est pas évident mais il est primordial d’apprécier sa propre compagnie. Bientôt, vous ferez plein d’autres activités seul(e). Quel bonheur d’aller au ciné sans personne pour vous piquer vos popcorns !

8/Envoyez des cartes de Noël
C’est une tradition qui se perd. Raison de plus pour sortir du lot et envoyer vos cartes cette année, ça fait toujours plaisir à ceux qui les reçoivent.

9/Laissez-vous aller
La semaine passée, j’ai fait une pause de sport parce que j’étais fatiguée de toutes les activités qui remplissent mes semaines. Et ça m’a fait du bien ! A condition d’y retourner of course.

10/Faites le test sur http://www.whatismycomfortzone.com/
Ce site vous donnera des pistes sur vos prochaines actions. Marrant.

Je finirai sur cette citation du film A league of their own : « Si c’était facile, tout le monde le ferait ». A chaque fois que je me dis qu’une étape à franchir est trop dure, je répète cette phrase trois fois à voix haute et ça va mieux.

Love, Jess

Sur le même thème:

10 trucs qui arrivent quand on est malade

10 trucs qui arrivent quand on est malade

Que celui qui n’a jamais fait semblant d’être malade me lance le premier thermomètre! Nan, jdéconne, rangez votre arme… Vous aviez sûrement une bonne excuse. Ce jour-là, on avait sans doute une grosse interro de mathématiques ou bien une fight dans la cours de récré après le déjeuner. Oui, j’étais un peu bagarreuse quand j’étais petite. Cela dit, il y a un truc que je n’ai jamais compris durant mon enfance : comment ma mère faisait la différence entre les fois où j’étais vraiment malade et celles où je faisais semblant. J’avais pourtant totale confiance en mes talents de comédiennes.

Enfin bref, quand on était petit et qu’on était malade pour du vrai, on pouvait rester à la maison et regarder la télé pendant que notre maman était aux petits soins. Elle nous apportait du thé pendant qu’on restait peinard dans notre lit. Parfois, elle nous testait en nous proposant des bons trucs à manger mais on avait pas d’appétit alors on refusait avec un air agonisant parce qu’on était vraiment malade. Depuis, on est parti de chez les parents parce qu’on a voulu être indépendant. On s’assume et on fait ce qu’on veut de notre life. D’ailleurs, on a un système immunitaire au top puisque qu’on prend nos vitamines et qu’on a déjà affronté plein de virus. SAUF QUE MAINTENANT, quand on est malade, c’est pas pour rigoler. Et on se met à regretter le cocon familial.

D’autant plus qu’ être malade quand on est adulte, c’est plus la même chose parce que :

1/ On doit s’occuper de soi
Fini l’équipe médicale à domicile, on doit se conduire chez le docteur et chez le pharmacien. Et si on a pas de voiture, bonjour le réveil au terminus de la ligne!

2/C’est nous qu’on paye
Il semblerait qu’une fois qu’on ne vive plus sous leur toit, les parents se déchargent totalement de notre personne.

– Tu devais pas passer à la pharmacie pour ton rhume?
– Bah non, c’est trop cher les médocs

3/On devient un peu des docteurs
Ou des druides, à forces de Googler remèdes de grand-mère.

4/On est tout seul
Et ouais, tout le monde bosse, personne n’a envie de vous écouter geindre, les seules personnes que vous voyez, ce sont les livreurs Deliveroo.

5/On reste en pyj’ toute la journée 
C’est le total kiff de pas se laver et de pas s’en vouloir. De toute façon, on est trop occupée à survivre à cette angine que pour culpabiliser. Et puis osef, on est tout seul!

6/ On doit s’occuper de soi bis
Personne pour nous border, nous apporter des médicaments, du thé, de la soupe ou des petits biscuits avec une voix inquiète.

7/On chill

Bon, ça on le faisait déjà quand on était petit mais ça reste très kewl de rester toute la journée devant la télé pendant que les autres bossent.

8/ On devient parano
On se sent obligé d’expliquer aux collègues à quel point on était malade parce qu’on a l’impression que personne ne nous croit alors que tout le monde s’en fout. En plus, nul ne veut savoir de quelle couleur étaient vos muqueuses ou combien de temps vous êtes resté agenouillé près des toilettes. Allez, bon appétit!

9/ On maigrit
Bon, celui-là serait vraiment cool si, une fois guéri, on recommençait pas à manger comme un athlète de triathlon.

10/ On ne doit pas sortir
Si on est en congé maladie, c’est pas pour aller faire du shopping avenue Louise. Et puis on est trop parano pour aller dans des endroits publics.

-Ha bonjour Boss! Je cherchais justement une pharmacie… oui, à City 2, sait-on jamais!

Et c’est à ce moment-là donc, qu’on se rend compte que dans la vie, on prend parfois certaines choses pour acquis : l’attention des parents, l’intérêt des autres -qui s’approche de zéro quand vous leur dites que vous avez la gastro-  et on se dit que c’était quand même vachement plus cool d’être malade quand on était petit. Alors, perso, j’assume totalement le fait que, quand j’ai la grippe, je retourne chez môman pour agoniser devant témoin parce que mon virtual dog n’est pas entraîné pour gérer ce genre de situations.

Love, Jess

Sur le même thème: